Accueil / ACCUEIL / Le ballet national djoliba a  célébré son 50eme anniversaire

Le ballet national djoliba a  célébré son 50eme anniversaire

Crée en 1964  à Conakry  avec la collaboration d’Harry Belafonte  le célèbre artiste américain, le ballet national djoliba a fêté son 50eme anniversaire vendredi  dernier au centre culturel franco guinéen sous les auspices du ministère des arts,  de la culture et du patrimoine historique. Cet anniversaire était placé sous  un double signe avec deux nouvelles créations dont  l’intégration régionale et la préservation de l’espace environnemental du fleuve Niger communément appelé le fleuve djoliba.

A son actif, un riche répertoire de chants et de danses qui l’a conduit au fil du temps à travers le Monde, le ballet national Djoliba a affirmé avec brio la culture guinéenne. Selon les membres de ce brillant ballet, l’Afrique a besoin de l’amour, de la paix. A travers leurs nouvelles créations ils ont evoqué le problème climatique qui gagne du terrain ainsi que la préservation du  fleuve Niger autrement appelé le fleuve djoliba.

Aboubacar Touré, Administrateur culturel de ce ballet a expliqué au micro de Vision Jeunes, l’importance de la cinquantaine du parcours de cet ensemble de sa création,  jusqu’à nos jours  ‘’Nous fêtons cet anniversaire parce que, le ballet a fait le tour du Monde avec des prix inestimables. Mais nous réservons surtout des surprises pour le grand public parce que les thèmes traités sont d’actualité. Notamment, l’intégration régionale et la préservation de l’environnement dit il’’.

Par leurs créations ils  interpellent tous les responsables d’Afrique de l’ouest de faire face à ce fleuve qui arrose beaucoup de pays dans cette zone.

ballet djoliba 2A travers ce spectacle, les artistes  ont mis en avant des rythmes de quelques pays.  Notamment,  le Mali, le Sénégal, la Gambie, le Burkina Faso, la Cote d’Ivoire, le Liberia, la Sierra Léone et la Guinée Bissau. Pour eux, une manière de faire la coalition entre ces différents  pays. La  célébration de ce cinquantenaire s’inscrit dans le cadre des activités artistiques de la troupe nationale djoliba.

Cependant, Moussa Célestin Camara revient sur quelques difficultés liées aux préparatifs de cet événement. ‘’Nous allons vous dire la vérité par ce que, nous n’avons pas de  siège et  manquons  de financement et de soutient, la non prise en charge des nouvelles recrues.  Ainsi, le manque d’espace aménagé  pour la répétition et la diffusion de nos créations, plus de subvention de la part de l’Etat, pas d’accoutrements, maquillage et décor etc.…    Malgré,  toutes ces panoplies d’obstacles qui ne cessent de pleuvoir sur nous, nous arrivons à égailler des gens qui aiment l’art et la culture.  Mais sachez que,  nous  travaillons dans des conditions les plus difficiles donc c’est seulement les bonnes volontés qui nous accompagnent parfois a-t-il martelé’’.

L’histoire retiendra que le ballet national djoliba a hissé haut le tri colore guinéen avec des distinctions honorifiques entre autres: une plaque de distinction à l’université de Harvard des Etats Unis d’Amérique en1972, Médaille d’or de danse, d’inspiration traditionnelle aux 2éme jeux de la francophonie en 1994.

Ils ont aussi reçu la médaille d’or de la meilleure chorégraphie de la 2éme foire Afro-arabe de Johannesburg en 1995.  Sur le plan local le ballet national djoliba a fait le tour de la Guinée,  il  a reçu également la médaille d’honneur du travail pour sa  participation aux activités culturelles du pays.   Les membres du ballet djoliba décident  après la célébration de ce 50eme  anniversaire prévu ce vendredi 20 novembre au CCFG, de faire des représentations spectaculaires  dans les universités guinéennes, une manière de promouvoir et de  faire comprendre à la nouvelle génération  la tradition de Guinée.

Abdoul Karim Barry

[email protected] gmail.com

visionjeune.com

Commenter

Commenter

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

*

google.com, pub-5377091460441784, DIRECT, f08c47fec0942fa0