Accueil / ACCUEIL / Cinéma : Le ministère de la culture désireux de redynamiser le secteur

Cinéma : Le ministère de la culture désireux de redynamiser le secteur

Le ministère de la culture et du patrimoine historique était ce 15 avril en réunion avec les acteurs du cinéma au CCFG. Cette rencontre qui a connu une faible affluence vise à trouver des voies et moyens pour la relance du cinéma guinéen qui a aujourd’hui d’énormes problèmes. Première d’une série de concertations qui se veut un cercle de réflexion, ce projet permettra la production d’un document qui fera l’état des lieux du cinéma guinéen en montrant les contraintes et freins de ce secteur en vue de trouver une stratégie pour que le cinéma guinéen soit relancé.

Onacig-MinistèreLe ministère de la culture et du patrimoine historique a récemment décidé d’engager une série de rencontres avec les acteurs culturels. C’est dans ce cadre que cette première rencontre a été organisée à l’intention des professionnels du cinéma pour se donner des idées dans le cadre de la redynamisation de ce secteur. Pour le secrétaire général du ministère de la culture, son département ne peut pas prendre des décisions sans une concertation avec les acteurs du cinéma, les professionnels du cinéma qui vivent aujourd’hui du cinéma, ceux qui ont apporté quelque chose au cinéma hier et qui aujourd’hui sont entrain de faire quelque chose pour ce cinéma guinéen.

Conférence ministère onacig« Le problème du cinéma peut être le souci de reprises de salles qui ont été bradées tout comme ça peut être le problème de moyens. C’est aux professionnels de dire ce qu’ils ont besoin pour faire des films, qu’est ce qu’il faut pour faire la promotion de ces films et enfin ce qu’il faut pour la participation de la Guinée à des rencontres cinématographiques internationales » a souligné Mohamed Amirou Conté parlant des attentes liées à cette série de rencontres. Dans le même ordre d’idées, il rappelle que la Guinée est vraiment absente aujourd’hui dans le concert des nations et que celle-ci doit revenir sur le marché du cinéma africain et international. « Il faut que le cinéma guinéen soit présent en Guinée » conclut le secrétaire général.

Se réjouissant de cette initiative, le directeur de l’office national du cinéma guinéen a espéré que ce qui va être dit par les professionnels et les cadres du département ne sera pas lettre morte comme ce qu’on a l’habitude de voir.

Amadou 2 Barry

[email protected]

Visionjeunes.com

Commenter

Commenter

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

*

google.com, pub-5377091460441784, DIRECT, f08c47fec0942fa0