Accueil / ACCUEIL / 72heures du livre: « Nous ferons en sorte que la Guinée soit fière d’avoir invité la Côte d’Ivoire » dixit le directeur ivoirien du livre

72heures du livre: « Nous ferons en sorte que la Guinée soit fière d’avoir invité la Côte d’Ivoire » dixit le directeur ivoirien du livre

Du 23 au 25 avril prochain à l’occasion de la 7ème édition des 72 heures du livre de Conakry, les professionnels ivoiriens de la chaine du livre seront à l’honneur en Guinée. Pendant ce temps à Abidjan, la machine est déjà en marche pour faciliter la participation ivoirienne. Pour voir de près le niveau de préparation du pays invité d’honneur, Vision Jeunes est allé à la rencontre du directeur du livre et de la lecture au ministère de la culture et de la francophonie. Au micro de notre reporter, Henri N’Koumo exprime la reconnaissance de la Côte d’Ivoire face à cet honneur accordé par la Guinée. Il parle également de l’intérêt que les 2 pays auront à tirer au cours de cette rencontre d’échanges culturelles. Lisez !

-V.J : La Guinée s’apprête à organiser l’événement littéraire ‘’Les 72 heures du livre’’ de Conakry. Et pour cette 7ème édition, c’est la Côte d’Ivoire qui est le pays invité d’honneur. Comment est-ce que cette invitation a été accueillie au ministère de la culture et de la francophonie ?

C’est toujours avec beaucoup de plaisir que la coopération sud sud est célébrée. La république sœur de Guinée a décidé dans le cadre de la 7ème édition de sa foire internationale du livre dénommée ‘’les 72 heures du livre’’ de faire de la Côte d’Ivoire le pays invité d’honneur. C’est un immense hommage qui est rendu à la Côte d’Ivoire et à travers cette invitation, c’est l’ensemble des professionnels du livre de Côte d’Ivoire qui sont mis à l’honneur. Il faut savoir que le livre de Côte d’Ivoire est l’un des plus importants du continent africain. La Côte d’Ivoire a une industrie du livre assez dynamique et qui a assez de vitalité, elle est aussi un pays qui a des auteurs assez significatifs et qui ont une renommée internationale bien assise.

C’est fort de tout cela que la république sœur de Guinée a décidé d’inviter la Côte d’Ivoire afin de partager avec notre pays l’expérience autour du livre et de la lecture. C’est dans ce cadre que l’ancien ministre guinéen des affaires étrangères, M. Lamine Kamara a récemment conduit une mission ici à Abidjan pour justement porter l’information de l’invitation faite à la Côte d’Ivoire par le gouvernement de la république de Guinée. Donc se sont des signes très forts de coopération sud sud et nous sommes très heureux de cette invitation.

– V.J : A un mois de l’évènement en question, peut-on savoir comment est ce que la Côte d’Ivoire se prépare ?

livre ciLa Côte d’Ivoire a l’expérience des invitations à l’extérieur car pour ces dernières années, elle a été le pays invité d’honneur de la foire du livre de Ouagadougou et à la foire internationale du livre de Dakar. Elle a aussi participé à des salons importants comme ; le salon du livre de Martinique, elle a également de façon constante une forte présence au salon du livre de Paris. Ce qui fait que les professionnels du livre de Côte d’Ivoire sont habitués à ce genre d’événements et c’est avec beaucoup de bonheur qu’ils se retrouveront à Conakry pour partager avec nos amis de Guinée leur expérience autour du livre.

Les préparatifs sont toujours une chose habituelle puisse que les bons professionnels sont toujours près à partager ce qu’ils ont comme expérience et également aller à l’extérieur. Donc, les préparatifs vont bon train. Nous sommes entrain d’identifier tous les acteurs, professionnels du livre de Côte d’Ivoire qui vont être membres de la délégation. Les éditeurs sont entrain de mettre de coté les ouvrages qu’ils vont proposés à nos frères de Guinée. Admettons que de façon générale, la Côte d’Ivoire sera très présente en Guinée et elle fera en sorte que le peuple frère de Guinée soit fiers d’avoir fais de la Côte d’Ivoire le pays invité d’honneur.

– V.J : Selon vous, en quoi cette rencontre littéraire sera profitable aux professionnels des 2 pays ?

C’est quelque chose de très important car pendant longtemps le chemin le plus court entre 2 pays africains passait par l’Europe, c’est-à-dire quand il y’avait des projets ou certain nombre de choses à faire, il fallait faire ces choses là en passant par l’Europe. De plus en plus, nous comprenons l’impérieuse nécessité de collaborer entre pays de la même région ou pays du même espace, donc du même continent. C’est toujours une très bonne chose pour les pays africains d’engager les relations commerciales et des relations à tous les niveaux.

Le fait que les ivoiriens se retrouvent en Guinée sera l’occasion pur eux de rencontrer tous les professionnels du livre guinéens. Ils vont d’abord rencontrer les éditeurs, les libraires et les imprimeurs car c’est dans le cadre de ce genre de rencontres que se tissent les meilleures relations. Il est certain que nos éditeurs vont envisagés des coéditions avec leurs homologues guinéens, les éditeurs vont aussi établir des contacts forts avec les libraires et diffuseurs de Guinée et vice versa.

Ce sera également l’occasion pour les professionnels du livre de Guinée de voir dans quelle mesure investir également le marché du livre de Côte d’Ivoire dans le cadre des coéditions de divers mécanismes dont on se sert dans le secteur du livre, ça peut être comme ce que nous appelons la session de droits. Admettons que ce soit l’occasion pour les professionnels du livre de nouer des relations à la fois commerciales et des relations de consolidation et de raffermissement de leurs portefeuilles clients.

– V.J : Pour la réussite de cet événement, avez-vous un appel particulier à lancer ?

Le premier appel que j’ai à lancer, c’est d’abord l’appel à la mobilisation du coté de la Guinée. Au regard de l’évolution des 72 heures du livre, je pu dire que la mobilisation sera de mise car l’événement a commencé très fort et aujourd’hui, cette manifestation atteint des chiffres assez important qui dépassent les 30.000 visiteurs. Alors quand autour du livre, autant de monde se retrouve, c’est dire que le succès est déjà garantit. Il est important pour nous que les professionnels du livre aient des échanges féconds qui débouchent sur des résultats qui permettent une meilleure présence des livres de Côte d’Ivoire en Guinée et une meilleure présence des livres de Guinée en Côte d’Ivoire. C’est un peu comme ça que chacun des acteurs va élargir sa sphère commerciale et faire du livre quelque chose qui participe du véritable business. Il faut que ce soit une occasion d’une extension et d’une externalisation des marchés.

– V.J : Votre mot de la fin ?

ciC’est pour moi l’occasion de dire merci au gouvernement de la république sœur de la Guinée, à son ministère de la culture et à tous ceux qui permettent aux 72 heures du livre d’être un événement d’un très grand niveau. Le commissaire général de ce salon, Sansy Kaba fait des pieds et des mains pour que le livre de Guinée soit un livre reconnu dans le monde, il fait également des pieds et des mains pour que les 72 heures du livre soit un événement incontournable au niveau africain. Ces initiatives qui permettent à l’Afrique d’être présente aux grands rendez-vous du donné et recevoir doivent être encouragées. En ma qualité du directeur du livre et de la lecture, je suis fier de ce qui se fait pour la promotion du livre et de la lecture en Guinée et je sais que les 72 heures du livre de Conakry vont connaitre pour cette année et pour les années à venir un important succès.

Il faut savoir que la Côte d’Ivoire avait déjà été présente à ce salon à travers pas mal de professionnels ivoiriens du livre dont entre autres; Michelle Tanon Lora (écrivaine, conteuse) et Boiré Dramane (DG des éditions les Classiques Ivoiriens) qui ont tous été invités par le commissaire général des 72 heures du livre. C’est dire qu’il y’a déjà un pont qui est établi et qu’il faut qu’on fasse en sorte que ce pont soit d’avantage renforcé pour que les peuples frères de Côte d’Ivoire et de Guinée continuent de célébrer le livre et la lecture pour le bonheur de leurs 2 populations.

Entretien réalisé depuis Abidjan par Amadou 2 Barry

[email protected]

Visionjeunes.com

Commenter

Commenter

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

*

google.com, pub-5377091460441784, DIRECT, f08c47fec0942fa0