Accueil / ACCUEIL / Hommage à Ahmed Tidjani Cissé : Les larmes d’un fils qui a perdu son héros

Hommage à Ahmed Tidjani Cissé : Les larmes d’un fils qui a perdu son héros

Ahmed Tidjani Cissé, ministre de la culture et du patrimoine historique a rejoint ce vendredi 16 janvier sa dernière demeure au cimetière de Cameroun. Cet écrivain, poète, dramaturge, comédien, metteur en scène et chorégraphe laisse derrière lui une veuve et 5 enfants. A Conakry pour les obsèques de son père, le fils aîné du défunt ministre a fait parler son cœur lors de la cérémonie des derniers hommages à son père. Comme le fruit ne tombe jamais loin de l’arbre, Fodé Cissé s’est souvenu de son père dans un discours brillant et émouvant avant de prier pour le repos de son âme.  

Nous vous proposons in-extenso le discours de Fodé Cissé à l’occasion de la cérémonie d’hommages rendus à Ahmed Tidjani Cissé ce 16 janvier 2015 au palais du peuple.

« Maintenant qu’il n’est plus là, nous remplissons la place vide dans nos cœurs et âmes par tout ce qu’il nous avait appris, l’amour, la bonté, l’amitié, l’humilité, le partage, la compassion, la curiosité intellectuelle, l’humour, le pardon. Il a vécu sa vie sans jamais regarder d’un œil honteux ses idées, idéaux et valeurs qu’il portait au plus profond de son être. Il s’est battu sans relâche avec foi et dévouement pour son pays, pour sa très chère terre de Guinée, terre qu’il n’a jamais voulue abandonné car plaçant toujours la Guinée avant lui-même. Même au plus fort de la maladie, il ne parlait que de rentrer au plus vite pour continuer à servir son pays  aux cotés de son ami le président de la république, professeur Alpha Condé. Et il était le meilleur père que mes frères et moi puissions serrés, un model tendant presque vers l’idéal.

Mon père était ce gars à coté duquel on sait toujours sentir la fraicheur oxygénée de la vie. Mon père était ce superman que mes frères et moi avions tous voulu imiter Lorsque nous faisions des bêtises et surtout lorsque nous faisions des bêtises, le premier reflexe mes frères et moi était d’aller se dénoncer à papa car il s’appliquait toujours à nous corriger sans que cela ne fasse mal. Alors c’est avec des larmes de soulagement que nous allions rapporter la sévère correction de papa à Maman, afin que celle-ci pense que le travail est accompli. Gare à celui d’entres nous qui ne jouait pas le jeu car maman elle ne faisait pas semblant.

Ma mère nous a toujours rappelé à quel point son mari était un formidable mari, elle qui a veillé à notre éducation avec un soin qu’on ne saura jamais capable de lui remboursé. Ses amis disent que mon père est un homme bon, simple et humble. Un ami plus fort qu’un frère de sang pour mon homonyme Monsieur Fodé Touré, mon n’tôma ici présent qui nous a toujours assisté. Et quand mon père est tombé malade et a dû venir à contre cœur à Paris pour se soigner, mon  n’tôma était là du début à la fin. Ce sont sans doute les pleures de cette grande famille un homme au grand cœur qui nous ont permis à mes frères, ma mère et moi de diminuer notre chagrin car nous le partagions avec tout un peuple.

Mon père s’en allé et de là ou il est, je suis sur qu’Allah veille sur lui. Et à ses cotés, il doit demander à ce que l’on veille sur sa famille et son pays d’abord. Alioun Badara, Babacar, Mamady Alex, Amara Alkaly Aminata et moi, tes fils t’aimons infiniment papa.

Notre héros, repose en paix ! »

Fodé Cissé, fils aîné d’Ahmed Tidjani Cissé

Visionjeunes.com

Fodé Cissé, fils aîné d'Ahmed Tidjani Cissé

Fodé Cissé, fils aîné d’Ahmed Tidjani Cissé

Commenter

Commenter

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

*

google.com, pub-5377091460441784, DIRECT, f08c47fec0942fa0