Accueil / ACCUEIL / Coup de gueule : Pour qui se prend Ahmed Camara du groupe Hadafo Médias ?

Coup de gueule : Pour qui se prend Ahmed Camara du groupe Hadafo Médias ?

Depuis un certain temps en Guinée, des pseudos analystes se permettent de raconter du n’importe quoi derrière un crachoir de radio sur des domaines qu’ils ne connaissent point, laissant transparaître leurs carences en la matière. C’est le cas d’Ahmed Camara de la radio Espace Fm qui dans un numéro de l’émission ‘’Les grandes gueules’’ a demandé à ce que le ministère de la culture soit rattaché à un autre département ministériel pour en faire une simple direction. Ces propos ont aussitôt provoqués une vague de colère dans le milieu de la culture guinéenne. Administrateurs culturels, journalistes et artistes ont tous fustigé ladite déclaration avant de souligner toute l’importance de la culture dans le processus de développement du pays.

L’émission ‘’Les grandes gueules’’ de la radio Espace Fm de ce lundi 12 janvier a été marquée par une parenthèse sur le profil du prochain locataire du ministère de la culture et du patrimoine historique. Abordant le sujet, l’un des animateurs en l’occurrence Ahmed Camara a estimé qu’il fallait rattacher le département de la culture à un autre ministère pour en faire une direction, comme cela se fait dans d’autres pays. Sur le coup, Tamba Zakari Millimono a attiré l’attention de son collègue sur l’importance et la richesse de ce secteur culturel. Avant même la fin de cette émission radiophonique, la tension montait déjà chez certains hommes de culture pour dénoncer une affirmation dépasser et grossière.

A notre micro, les uns parlent d’un non événement alors que d’autres estiment que c’est une insulte pour la culture guinéenne qui a fait ses preuves dans le monde entier.

Ousmane Kourouma ‘’Ouspé’’, artiste et journaliste : « Ahmed Camara est fou, il faut qu’il s’inspire un peu de la présidence pour savoir ce qu’est la culture. Parce qu’on se rappel des menaces de marches que les artistes avaient entamés dernièrement. N’eut été les plastiques de 10.000.000 Fg qu’ils ont eu à offrir à certains, c’est sûr que Conakry allait se munir d’un nouveau patrimoine historique. Cela prouve qu’Ahmed Camara ne vit pas les réalités  de ce milieu. Il a vraiment besoin de se cultiver. »

Ansoumane Djessira Condé, directeur national adjoint des arts : « C’est de la foutaise, c’est bien beau de pouvoir s’assoir dans une cabine climatisée avec un crachoir et se mettre à baver sur les gens. Quand on ne sait pas ce que sont la culture et le développement culturelle et qu’elle est l’importance d’une culture pour une nation, il faut au moins avoir le respect pour ceux qui ont donné leurs vies a cette culture et qui se sont battu pour qu’il existe un département. Nous avons été faire nos études en développement culturel et direction de projets à l’étranger, nous revenons dans notre pays pour pouvoir réinvestir cela afin que nous soyons au même niveau que les autres peuples, et y’a des gens comme Ahmed Camara qui pensent qu’ils ont de la connaissance pour pouvoir dire des choses comme ça parce qu’ils ont tout simplement le privilège d’être à l’antenne. Nous voulons des débats contradictoires, s’ils veulent discuter de la culture et bien qu’ils nous appellent. »

Aly Bongo Leno, président de l’Union des Journalistes et Animateurs Culturels de Guinée : « Chacun est libre de dire ce qu’il veut mais je crois qu’il faut bien réfléchir avant de parler. Le ministère de la culture n’a pas besoin d’être rattaché à un autre. Par contre, il faut doter ce ministère d’un budget d’au moins 1 pour cent et nommer un ministre qui connait bien le secteur. Un bon administrateur culturel, courageux, audacieux, ambitieux et à l’écoute des acteurs. Un ministre qui a des connexions dans les institutions internationales et qui a une bonne moralité. Avec une réelle volonté politique, le ministère de la culture fera de la Guinée, une vraie destination culturelle.  Comme le dit un adage, connaisseur connait et gaou passe. Si certains pensent qu’il faut rattacher certains départements à d’autres, je leur propose de militer pour la formation d’un ministère de l’éducation nationale qui va regrouper les 3 ministères de l’enseignement, le ministère de la justice et droits de l’homme, celui des affaires étrangères, de la coopération internationale et des guinéens de l’étranger, de la jeunesse et des sports etc. Ce sont des ministères qui cohabitent bien ensemble. On rattache d’autres ministères à la culture mais pas le contraire.»

Jean Baptiste Williams, directeur national des arts : « Je ne voudrais pas me prononcer sur cette question tant qu’on n’aura pas fini de rendre les derniers hommages et honneurs à notre défunt ministre. Respectons d’abord sa mémoire,  les spéculations peuvent attendre, c’est mon éducation et ma culture. »

A la lumière de toutes ces réactions, la question qu’il faut se poser, c’est de savoir si Ahmed Camara sait ce que la culture représente pour un pays. Aujourd’hui, il existe plus de 200 groupes de ballets et de percussions cela rien qu’à Conakry, il existe aussi des artistes pères et mères de familles, des jeunes qui pensent qu’ils ne peuvent trouvés leurs places au soleil qu’en passant par la culture. Alors pourquoi briser ce rêve ? Bien que délaissée, la culture guinéenne continue à garder le charme qu’elle a toujours montré à la face du monde à travers ses artistes pétris de talents. Même si Ahmed Camara renie aujourd’hui son importance et sa véritable place au point de demander la suppression de son ministère de tutelle, force est de reconnaitre que les belles pages de ce secteur continueront toujours de briller avec un éclat sans pareil car il faut le rappeler, la culture a même permis à un moment donné de l’histoire à payer les fonctionnaires guinéens.

Mamadou Alpha Baldé et Amadou 2 Barry

[email protected]

Visionjeunes.com

Commenter

Commenter

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

*

google.com, pub-5377091460441784, DIRECT, f08c47fec0942fa0