Accueil / ACCUEIL / Cinéma : Migrer vers la musique, synonyme de vie meilleure pour les artistes comédiens

Cinéma : Migrer vers la musique, synonyme de vie meilleure pour les artistes comédiens

Aujourd’hui, beaucoup d’artistes comédiens du pays migrent vers la musique dans l’espoir de trouver une vie meilleure dans cet autre monde qui regorge plus d’opportunités de réussite. « Depuis plusieurs années on est dans le cinéma, mais nous n’avons rien eu jusque là. Je crois bien que quand on se lancera dans la musique ça va aller » soutient la majorité des comédiens devenus au fils du temps artistes chanteurs.

Le manque de réussite surtout sur le plan financier est la raison qui a poussé Aissata Pongui M’BAYE à quitter le cinéma pour la musique. Elle s’est lancée dans cet autre art en espérant que sa situation changera. Mais elle n’est pas la seule dans cette situation. Depuis quelques années, ils sont nombreux ces artistes comédiens qui tentent leur chance dans la musique. C’est le cas de Maimouna SECK qui a décidé aussi de faire de même. Cela après avoir bien observé le monde culturel et la différence qui existe entre les musiciens et les artistes comédiens. «Aujourd’hui, si vous voyez presque tous les comédiens se lancer dans la musique, c’est parce qu’il n’ya rien dans la comédie et nous ne sommes pas considérés » soutient-elle.

La piraterie est aussi l’autre raison évoquée par ces artistes pour expliquer le manque de réussite dans le cinéma. Pour cela, la comédienne devenue chanteuse pense que les producteurs en sont pour beaucoup. « Les sois disant producteurs qui sont là nous piratent eux-mêmes. Si tu vends un film à quelqu’un, ces mêmes producteurs s’arrangent à avoir une copie de ce film pour le pirater en toute discrétion de telle sorte qu’on ne sente jamais que c’est eux. Ils ont des petits qui dupliquent le film, qui le vendent par ci par là alors qu’ils sont assis devant toi entrain de te rassurer que tout se passe bien » accuse Maimouna SECK toute désespérée

Cette situation peut bien être inversée s’il y’a une volonté réelle, estime Ibrahima BAH homme de culture : « J’en suis sûre qu’en guinée, si tout est bien cadré, pas de piraterie, les droits d’auteurs sont bien déposés au BGDA, en plus du soutien de l’Etat, ça marchera comme sur des roulettes et les artistes comédiens ne tireront plus forcement le diable par la queue ».

En attendant donc de voir cette situation changé, les artistes comédiens se débrouillent comme ils peuvent en conciliant musique et cinéma pour prétendre à une vie meilleure.

Mamadou Alpha Baldé

[email protected]

Visionjeunes.com

Commenter

Commenter

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

*

google.com, pub-5377091460441784, DIRECT, f08c47fec0942fa0