google.com, pub-5377091460441784, DIRECT, f08c47fec0942fa0
Accueil / ACCUEIL / Banlieuz’art : De police à Pobom, le groupe urbain qui fait rêver toute une jeunesse !

Banlieuz’art : De police à Pobom, le groupe urbain qui fait rêver toute une jeunesse !

Pour les 5 ans de succès du groupe Banlieuz’art, Visionjeunes.com vous propose un focus sur ce groupe qui continue toujours de s’affirmer comme étant un talent hors paire sur la scène musicale guinéenne et africaine. Du portrait des leads vocaux en passant par la présentation des œuvres musicales qu’ils ont eu à composer depuis le début de l’aventure, toutes les informations sont réunis dans ce dossier pour votre plus grand bonheur.

Incarnant l’identité réelle de la couche défavorisée des banlieues, d’où il tire d’ailleurs son nom de scène, Banlieuz’art est un groupe de musique urbaine guinéen. Crée en 2004 à Conakry, il est composé de Konko Malela et de King Salomon tout deux de nationalité guinéenne. Tirant son originalité de ses textes engagés chantés sur des rythmes musicaux enviables et hors paire, le groupe Banlieuz’art reste le plus beau cadeau que la culture ait pu offrir à la musique urbaine guinéenne. A travers des prestations scéniques inédites et fabuleuses loin des frontières guinéennes, le groupe Banlieuz’art a malgré son jeune âge su se frayer un chemin de succès sur la scène internationale, cela en vue de non seulement faire la fierté de la musique urbaine guinéenne mais aussi de réveiller cette musique longtemps restée dans l’ombre. 

Le début de l’aventure…

Pour la petite histoire, ce groupe fut  révéler au grand public en 2009 dans le premier volume de la compil Urban-Afreeka du  label Meurs Libre Prod qui d’ailleurs marque sa première apparition dans l’areine musicale de Guinée. Depuis lors, il enchaine des tubes qui font de lui un groupe emblématique qui certes laissera une marque indélébile dans l’agenda musical guinéen et africain. Avec un 1er album sorti en 2010 sur le marché du disque guinéen, ce groupe a réussit à prouver que la banlieue ne mérite pas vraiment l’image de banditisme et de violence qu’on a tendance à lui attribuer. 

La consécration dès le premier album…

Après donc la sortie de l’album Koun Faya Koun le 14 février 2010, Banlieuz’art  s’est remis au travail pour convertir leur premier album en version acoustique, un projet qui a été bien accueillit par le public qui s’est d’ailleurs massivement déplacé un an plus tard au palais du peuple à l’occasion du premier anniversaire de l’album.

De par sa couleur musicale et de la richesse des thèmes débattus dans les textes, l’album koun faya koun du groupe Banlieuz’art n’est pas passé derrière les rideaux car il a valut au duo Malela et Salomon cinq nominations à la 9ème édition de la K7 d’or organisé par la Cis’s Com.

La conquête de l’étranger…

Aux cotés du groupe Degg j force 3, Banlieuz’art s’est produit sur des scènes françaises, suisses, belges, allemandes et canadiennes à l’occasion de la tournée internationale ‘’Guinea Urban Tour’’ qui se tient chaque année sous les auspices de Meurs Libre Prod’. Des passages qui sans doute enrichissent son agenda professionnel mais aussi son expérience musicale. De festivals en concerts géants dans la sous région, le groupe affiche à chaque apparition scénique sa vocation panafricaine et son envie de prôner très haut la voie du bas peuple. Une façon de mettre en avant l’intérêt des jeunes banlieusards des quatre coins du monde qui ne bénéficient d’aucun apport et d’aucune attention que ce soit de la part de leur autorités qui préfèrent leur qualifiés de tous les mauvais mots. 

Koun faya koun, le voyage…

Titre éponyme de la 2ème livraison musicale de BLZ, ‘’Koun faya koun le Voyage’’ est le fruit du long parcourt artistique du duo Malela et Salomon qui certes n’a pas connu que des heureux jours. Par contre, il a parfaitement illuminé la sphère musicale urbaine de Guinée de plein d’espoirs, de réussite et de succès à travers les 4 coins du globe. C’est donc une expérience musicale et quotidienne vécu au bled mais aussi loin de nos frontières que ce groupe a réunit sur un disque pour en faire un joyau qui au fil du temps a résulté certainement en un feu d’artifice. Avec une sonorité acoustique implacable qui stimule un groupe de musique urbaine revendiquant ses racines, une mélodie soul doublée de toast imperturbable qui réunit hip-hop et reggae music sur un même tempo, ce 2ème bijou du groupe Banlieuz’art est arrivé à point nommer pour confirmer la maturité de ceux qu’on considère aujourd’hui comme étant les ténors de la musique jeune de Guinée.

Un cocktail de talents…

Réalisé entre la Guinée et le Ghana, ce 2ème opus est un véritable chef d’œuvre de par sa couleur ainsi que de son contenu, car de l’amour en passant par l’unité africaine pour se retrouver au sujet de la démocratie, il évoque un certain nombre d’aspects qui ne laisse pas indifférents les peuples soucieux d’un grand rayonnement de l’Afrique tout entière. Concocté sous le label Meurs Libre Prod des frères M’baye, Koun faya koun le Voyage a connu des collaborations de hautes envergures à savoir celles d’Admiral T de la Guadeloupe, Richie du Ghana et Skandal de Degg j force 3 de la Guinée.

Des messages conformes à l’actualité…

Un peu comme une œuvre littéraire, Koun faya koun le Voyage a été catégorisé en 3 thématiques dans les quels les 2 leads vocaux impriment ce qu’ils pensent au plus profond d’eux. Coté amour, il parle de la beauté africaine dans le titre Femme d’Afrique et plus loin, de la beauté guinéenne dans le morceau Tèmè To Fan. Pour ce qui est de l’union africaine, il évoque d’abord la grande question d’unité africaine dans le titre Africa Unite avant de redonner de l’espoir plus loin dans le morceau The Day Will Come remix. En ce qui concerne la démocratie, le groupe essai de traiter dans le morceau Mr Gouvernment, les phénomènes de détournements de fonds et de mauvaise gestion des dirigeants et hommes politiques qui servent souvent de blocus au développement national. Pour finir, Koun faya koun le Voyage adresse de sages conseils à la jeunesse qui représente la relève de demain dans le titre Sleep With A Gun.

Un cadeau musical…

Koun faya koun le Voyage n’a pas offert un album de plus à la musique écoutés en majorité par les jeunes, mais plutôt une musique destinée à toute catégorie de personne accordant de l’importance à la musique révélatrice teinté d’un sound système détonateur.

6 trophées pour un seul album…

L’année 2013 aura donc été l’une des meilleures années de la carrière musicale ce groupe. Au cours cette année, le Duo Konko Malela et King Salomon a reçu six (6) Prix à savoir ; le prix du meilleur album urbain guinéen décerné par la diaspora guinéenne du coté de l’Allemagne, le prix du meilleur album au Djembé d’or 2013, ils ont également remporté le prix du meilleur album, du meilleur morceau succès et celui de la meilleur voix soul à la K7 d’or 2013 ainsi que le prix du meilleur groupe Urbain à la dernière édition de Guinée Music Awards.

Amadou  2 Barry

[email protected]

Visionjeunes.com

 

                                                                                                  

                                                        

Commenter

Commenter

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

*

google.com, pub-5377091460441784, DIRECT, f08c47fec0942fa0