google.com, pub-5377091460441784, DIRECT, f08c47fec0942fa0
Accueil / ACCUEIL / Stromae : “Je ne suis ni un symbole ni un porte-drapeau”

Stromae : “Je ne suis ni un symbole ni un porte-drapeau”

Le chanteur de “Papaoutai” se rendra en Afrique dans quelques jours pour une série de concerts. Il a accordé un entretien à coeur ouvert à Jeune Afrique.

“Papaoutai” est devenu un hymne, vu plus de 150 millions de fois sur Internet, parodié partout dans le monde, y compris en Algérie où le désormais célèbre “Boutefoutai” a créé le buzz sur la toile. Stromae – Paul Van Haver de son vrai nom – né d’un père rwandais disparu lors du génocide et d’une mère belge, est un phénomène, un extraterrestre.

Dans un entretien à Jeune Afrique, l’artiste raconte pour la première fois la part intime qui le relie au continent. “Comment vais-je vivre ce choc qui sera aussi une confrontation avec une part de moi-même ?” s’interroge-t-il au sujet de sa tournée africaine. “Si vous m’aviez demandé : “Êtes-vous tusti ou hutu ?”, je ne vous aurais pas répondu. C’était la question que posaient les tueurs”, affirme-t-il au sujet de ses origines.

Celui qui se décline en millions (d’albums vendus, de fans sur Facebook…) montre pourtant une humilité rare : pas de palace, pas de jets privés… C’est dans l’habit le plus simple qu’il entame sa tournée maghrébine avec un premier concert le 30 mai à Alger, où les 7000 places de la coupole se sont vendues en quelques jours. D’ici à 2015, il sera dans toute l’Afrique subsaharienne. Car avant cela, à partir de la fin juin, il se rendra aux États-Unis où ses concerts sont déjà sold out !

Oui, Stromae a réussi ce que peu d’autres avant avaient atteint : abattre les barrières de la langue, des cultures, et faire danser la planète. Tout simplement.
JEUNEAFRIQUE.COM

Commenter

Commenter

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

*

google.com, pub-5377091460441784, DIRECT, f08c47fec0942fa0