google.com, pub-5377091460441784, DIRECT, f08c47fec0942fa0
Accueil / ACCUEIL / Kamaldine : « Mon avenir dans la musique dépendra de mon voyage à la Mecque »

Kamaldine : « Mon avenir dans la musique dépendra de mon voyage à la Mecque »

Dans une interview que Kamaldine nous a accordé en prélude des 20 ans de Mass Productions, l’artiste communément appelé Madada, nous parle de ses débuts, de son parcours et de sa rencontre avec son époux Boncana Maiga. Lisez plutôt !

Dites nous comment êtes vous venue dans la musique ?
C’est d’abord depuis l’enfance, j’aimais interpréter des chansons et les gens appréciaient beaucoup ma voix. Mais il faut dire que c’est par l’entremise de Doura Barry que j’ai commencé la musique et puis j’ai eu la chance de travailler avec beaucoup d’autres artistes. Comme le groupe PBS,  Ndèr  etc.

Votre parcours ?
Tout  a commencé en  Guinée avant de partir au Sénégal ou je me suis retrouvée dans le groupe de Alioune M’baye Ndèr, du groupe PBS et en même temps je faisais les chœurs de beaucoup d’artistes sénégalais. Mais il faut dire que c’est avec Ndèr, Diouf Dioul et PBS que j’ai beaucoup tourné.
C’est donc pendant la tournée avec le groupe PBS que le maestro Boncana Maiga m’a appelée pour me dire d’arrêter et que je devais rentrer en studio pour l’enregistrement de mon propre album. Si ce n’était lui, j’allais continuer ma carrière en tant que choriste. C’est vraiment lui qui m’a encouragé dans la musique parce qu’il voyait un talent en moi.

Comment vous avez rencontré Boncana Maiga ?
En fait, on n’avait un ami en commun grâce à qui on s’est connu, mais avant de me rencontrée il avait déjà  eu l’occasion d’écouter ma voix parce qu’il avait ma maquette. Donc, c’est après ça qu’on s’est revu au Sénégal.

Dites nous quel est le titre qui vous a propulsé au niveau international ?
C’est « Gbilen », un album qui est sorti à l’international et qui est un mélange de rythme guinéen et d’ailleurs. Parce que pour évoluer en Europe ce n’est pas facile, donc il faut faire de la « folie ».  Y’a un peu de rythme arabe dedans, parce que le monsieur qui a sorti l’album en France est un arabe, il est le patron de « Atle music ».

Je vous rappelle que la période de la promotion de cet album a coïncidé à la sortie de Shakira aux Etats unis. A l’époque je ne la connaissais pas, mais comme étant en Côte d’Ivoire je dansais de la même façon qu’elle, les gens m’ont aussitôt surnommé Shakira noire. Je leur ai demandé qui est Shakira ? Ma sœur même m’avait un jour appelé des Etats Unis pour me dire qu’on me confond beaucoup à Shakira.

Pourquoi avoir attendu 11 ans avant de revenir avec votre 3ème album ?
Je me préparais parce qu’on dit que pour mieux sauter, il faut reculer.

Pourquoi le titre « Wo Dignéma » ?
C’est pour demander pardon à tout le monde, parce que je veux vivre en paix. Vous savez on ne peut pas être aimé par tout le monde donc c’est pourquoi je demande pardon, peut être à cause de ce mot ceux qui ne m’aiment pas auront pitié de moi.

Quels sont thèmes que vous traitez dans vos chansons ?
Le pardon, la paix surtout, la reconnaissance, le respect envers son prochain, le respect dans  la société et celui des parents. Parce qu’en Afrique la politesse est très importante, c’est pourquoi il y’a un adage qui dit « ce que la politesse ne te donne pas, ce n’est pas l’impolitesse qui va te le donner ».

Parmi tous les titres de votre nouvel album, quel est le titre que vous aimé de plus ?
C’est le titre « Dans mon monde à moi »

Pourquoi ?
Parce que j’ai créé un petit monde de paradis dans ma tête, donc je voudrais que tout le monde m’accompagne dans ce sens pour que ce monde devienne une réalité. C’est un monde de paix ou il fait bon vivre, ou on ne maltraite pas les femmes.

Vous avez une promesse pour la Mecque l’année prochaine. Dites nous est-ce qu’au retour de ce voyage divin vous allez continuer à chanter ?
C’est  d’ailleurs l’occasion pour moi de remercier Laye Sidibé qui m’a tenu cette promesse, c’est un rêve pour moi depuis longtemps d’aller à la Mecque. Parce que la Mecque c’est le vrai voyage, tout ce que j’ai fait aujourd’hui dans la musique c’est grâce à Dieu. Pour la question, je dirais que tout dépendra de la volonté de Dieu, s’il veut que je continu la  musique je vais continuer, s’il ne veut pas aussi je l’obéirai. Aujourd’hui je suis prête à arrêter tout pour le bon Dieu, dans ce cas je veux qu’il me guide sur le bon chemin. Pour le moment je fais juste ce travail pour vivre et assister ceux qui sont autour de moi.

Peut-on connaitre votre idole dans la musique ?
Je me réserve de dire les noms, parce que tous les deux noms que j’avais donnés lors de certaines de mes interviews ne vivent plus.

Même s’ils sont décédés dites nous au moins de qui s’agit-il pour la curiosité de nos lecteurs ?
C’est Michel Jackson et Lucky DUBE. J’ai beaucoup imité Jackson quand j’étais petite, quant à Lucky DUBE, ses choristes m’ont beaucoup inspirée.

Vous disiez dans l’une de vos précédentes interviews que vous aviez prises du poids parce que vous devriez jouer dans un film ?
Rire ! Je l’avais juste dit pour faire taire les gens parce que tout le monde me disait que j’ai grossie.  En fait, ce n’était pas vrai, je venais juste d’accoucher, c’est quand-même dans mes projets de tourner des films.

Comment se porte la promotion de votre nouvel album ?
J’ai déjà fait la sortie officielle de l’album au Mali le 15 mars dernier. En 2015 on n’a une tournée et à partir de janvier on doit démarrer. J’ai des voyages à faire en Cote D’ivoire, au Benin ou l’album sera dédicacé et au Sénégal pour la promotion.

Le mot de la fin ?
Je souhaite bonne chance à toutes les femmes, que Dieu nous donne le courage de Gouverner partout dans le monde et dans la paix. Que Dieu nous protège.

Entretien réalisé par Samba Marco
Visionjeunes.com

  

 

Commenter

Commenter

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

*

google.com, pub-5377091460441784, DIRECT, f08c47fec0942fa0